Menu
Lundi au vendredi - 9h à 17h Samedi - Sur rendez-vous Dimanche - Fermé

Les bombardements de Dubrovnik

14 décembre 2020 Publié par Hugo Blois

Une attaque qui a choqué le monde. En 1991, Dubrovnik a été inscrite au patrimoine mondial « protégé » de l’UNESCO, une désignation qui était censée la sauver de la guerre qui venait de s’embraser en ex-Yougoslavie. Malheureusement ce ne fut pas le cas.

Des tensions croissantes
Le bombardement de la vieille ville de Dubrovnik a commencé le 23 octobre 1991, mais les tensions s’étaient accrues depuis des semaines, depuis que les forces yougoslaves avaient mis en place un blocus maritime et s’étaient installées dans la région environnante. La « Riviera de Dubrovnik », comprenant toute la côte de la colline de Srd à Cavtat, y compris l’aéroport de Dubrovnik, a été occupée par l’armée yougoslave. Les quartiers de Ploce et Lapad et l’hôtel Argentina ont été bombardés de terre et de mer.

Dubrovnik a été laissée pratiquement sans défense par les forces croates car personne ne pensait que les forces yougoslaves oseraient attaquer un monument culturel aussi important dont la valeur militaire était négligeable.

Echec du cessez-le-feu

La vieille ville s’est rapidement remplie de réfugiés de la région qui se sont entassés dans les hôtels ou, s’ils avaient la chance, dans les appartements d’amis ou de la famille. Diverses organisations internationales ont tenté de négocier avec les agresseurs, mais sans succès. Le bombardement de la vieille ville se poursuit jusqu’au début du mois de novembre, avant une certaine accalmie. Les forces yougoslaves ont signé plusieurs accords pour mettre fin aux combats alors même que les bombardements se poursuivaient.

Les bombardements de Saint-Nicolas

Le 6 décembre, le poids écrasant de l’artillerie yougoslave s’est retourné contre Dubrovnik dans ce qui est devenu les « bombardements de Saint-Nicolas ». Les bombardements intensifs de roquettes de 82 mm et de mortiers de 120 mm se sont poursuivis pendant près de 12 heures. La partie nord-ouest de la ville, y compris le monastère franciscain, a subi de lourds dommages et il y a eu de nombreuses victimes civiles. Rien qu’à cette date, il y a eu 13 morts civils.

La paix à un prix

Un cessez-le-feu a de nouveau été négocié et les bombardements se sont calmés jusqu’à leur fin en juin 1992. Au moins 43 personnes avaient perdu la vie et la vieille ville avait subi de graves dommages. Sur les 824 bâtiments de la vieille ville, 68 % avaient été touchés par des obus. Les murs de Dubrovnik ont subi 111 impacts directs et 314 autres ont été enregistrés dans les bâtiments baroques et les rues de marbre de Dubrovnik. Le Palais Sponza, le Palais du Recteur, l’église St Blaise, le monastère franciscain et la fontaine Onofrio ont été gravement endommagés. Le prix de la reconstruction et de la réparation a été estimé à 10 millions de dollars US.

Aujourd’hui grâce à ces efforts de reconstruction, Dubrovnik a pu garder son surnom de « Perle de l’Adriatique »

 

Découvrir Dubrovnik vous intéresse? Venez jetez un œil à notre circuit Passion Croatie, Slovénie, Monténégro et Bosnie: https://www.passionmonde.com/circuits/passion-croatie-slovenie-montenegro-et-bosnie/18-septembre-au-4-octobre-2021/

Découvrez nos voyages organisés

Afrique du Sud, Zimbabwe, Zambie et Botswana

Afrique du Sud, Zimbabwe, Zambie et Botswana

Circuits accompagnés

    Angleterre, Irlande et Écosse

    Angleterre, Irlande et Écosse

    Circuits accompagnés

      Argentine et Patagonie

      Argentine et Patagonie

      Circuits accompagnés

      • Prochain départ : 25 janvier au 13 février 2022
      Australie et Nouvelle-Zélande

      Australie et Nouvelle-Zélande

      Circuits accompagnés

        Consulter tous nos circuits