Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.
Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot.
*Le gagnant sera tiré au hasard les premiers mardis du mois parmi les gens qui se seront inscrit à l'infolettre.

5 fois où j’ai été surprise à Phnom Penh!

3 juillet 2017 Publié par martine

J’ai tout simplement a-do-ré mon voyage au Cambodge. On m’avait dit plusieurs fois que j’aurais un très grand choc culturel en arrivant au pays. Bien que j’ai été surprise au moins 5 fois, j’ai plutôt ressenti un bien-être pur et simple!

1 – En arrivant à Phnom Penh, tout est écrit en français à l’aéroport. Bien que je savais que le Cambodge a été autrefois colonisé par la France, je ne m’attendais pas à lire mes indications en français. C’était facile de m’y retrouver!

Source: Asia Travel News

2 – J’ai croisé un éléphant dans la rue. J’ai traversé une rue et j’ai croisé un énorme éléphant qui marchait en transportant des sacs de riz. Un paysage familier au Cambodge.

Source: www.svietnamtravel.com

3- J’ai mangé dans un restaurant sur pilotis, accompagné de singes. Pourquoi ne pas prendre un bon repas, en bonne compagnie! Les singes étaient très Zen….

Source: Marie-Lise Baril

4- Les cambodgiennes se promènent en pyjamas dans les rues, à toute heure du jour. J’ai lu que le pyjama a été importé au Cambodge lors de la colonisation française et qu’il n’y avait que les riches qui pouvaient se permettre de porter ce vêtement ce nuit pour dormir. On dit aussi que les asiatiques portent ce vêtement pour se protéger du soleil, pour ne pas avoir la peau. Aujourd’hui, on peut acheter ce pyjama pour 4$. Pas cher pour être confortable 24h par jour!

Source: objectif terre

5- J’ai vu un camion qui était plus petit que sa cargaison. D’ailleurs, sur les routes, c’est le chaos. Je n’avais jamais vu plus de motos que de voitures sur une même route. Il n’y a pas de règlements, tout le monde s’entrecoupe incluant les vaches qui décident de traverser sans trop se presser. Par contre, tout le monde roule lentement.

Source: Marie-Lise Baril

Je retournerais au Cambodge, encore et encore,  par amour du pays et très grande joie!